La plume de la danse Hip-hop
Hip-Hop Social

Nous ne sommes pas des citrons. Halte à la pression.

SHARE

Je vais vous emmener loin, ou plutôt directement dans ma cuisine.

Je ne vous conterai pas d’où ces inspirations me sont venues. Seulement ce qu’elles sont devenues.

Les voicis:

Les danseurs d’aujourd’hui sont des citrons -pour l’instant ça va- qui veulent devenir des limonades (=danseurs complet expérimentés).  Mais leurs méthodes ne sont pas bonnes -ça se corse- : ils adulent superbement ceux qu’ils considèrent comme les meilleurs et imitent naïvement la recette de préparation de ces dits meilleurs. En excès même, & c’est pour parvenir à cela, qu’ils se pressent en training d’où en découle un zest. Parfois juteux puisque résultat d’une pulsion motrice. Mais il n’en reste pas moins pour autant toujours amer.

Bien que parfois ce qui en résulte soit bien; le simple fait que certain ne s’arrête qu’à ce procédé lui donne un arrière-goût amer provoquant le “Mmh..C’est bien mais..”. Il manque donc ce quelque chose qui, dans mon étonnante histoire, serait de l’eau.
La base: celle qui adoucie, donne de la consistance. Il manque aussi le sucre -un seul-, que j’assimilerai ici à la magie créatrice du danseur.

Tant de bonnes choses qui, réunies et pratiquées au fil du temps, finiront par donner à leurs limonades la saveur que chaque danseur espère faire atteindre à sa danse.

Flou ? Fantaisiste ? Je vous le concède.

Ce que j’essaye de dire là, c’est qu’au fil des années les bases ne se retrouvent plus. Beaucoup de danseurs sont forts, musicaux mais rien ne remplace les bases, cela est indiscutable.

Mais pourquoi se pressent-ils ?

Nous sommes dans une ère multi-générationnelle où il est devenu commun de voir de très jeunes enfants danser avec une maîtrise époustouflante. Il est donc parallèlement devenu indispensable aux yeux de tout danseur (débutant, amateur ou pas) d’atteindre le plus rapidement possible un niveau qui, au final, ne sera pas élaboré & ne leurs conviendra peut-être pas.

Ce que j’en dis c’est qu’il faut s’émanciper de ces codes, de ces pressions environnantes & prendre son temps. Mieux vaut prendre son temps à se (re)chercher, à se former et même à s’inspirer plutôt qu’à se presser, à copier et finir par dénaturiser la danse qui d’essence est censé exprimer une intériorité propre.

Au fait: continuez de danser, vous faites kiffeeeez ! ;)

PS. Je tiens à préciser que c’est un article qui paraît fifou mais il y a une vraie pensée derrière. Je trouvais seulement plus marrant de la soumettre ainsi. De plus qu’elle convenait tout à fait à mon humeur du jour.

%d bloggers like this: