La plume de la danse Hip-hop
Urban WOAHT (Blog)

Communiqué 1 – « LE MOOVEMENT CONTRE LE DNSP »

SHARE

Il y a 1 an et demi, Le Moovement, aidé de la communauté Hip Hop française et internationale, a bloqué le projet de Diplôme d’Etat de Professeur, qui devait être obligatoire pour enseigner le hip-hop.

APRÈS L’ENSEIGNEMENT, L’ETAT S’ATTAQUE AU STATUT DU DANSEUR !

Aujourd’hui, les pouvoirs publics tentent de récupérer à nouveau la richesse culturelle du hip-hop par la création du Diplôme National Supérieur Professionnel de Danseur Hip Hop.
Ce diplôme, qui existe déjà depuis 2009 pour le ballet, le jazz et le contemporain, serait étendu au hip-hop, pour harmoniser les diplômes artistiques au niveau Européen dans le système « Licence, Master, Doctorat ». Le DNSPD est un cursus long, destiné aux danseurs voulant faire de la scène.

POURQUOI SOMMES-NOUS CONTRE LE DNSP ?

  • Combien d’excellents danseurs hip-hop, de brillants chorégraphes et de créations époustouflantes ont pu émerger sans ce diplôme ?
  • Depuis 30 ans le hip-hop français rayonne dans le monde entier, la France dispose de danseurs aussi authentiques que spectaculaires. Ils ont donné corps à des créations underground que les US nous envient, tout en dansant pour de grands noms comme Madonna ou Mugler. Et ça, sans diplôme, sans formatage, sans modèle édulcoré. Laissons l’art grandir en dehors des chemins académiques.
  • Le hip-hop ne rentre pas dans le cadre que l’Etat veut lui imposer
  • Le DNSPD suppose la maitrise d’un « répertoire », que le danseur doit savoir interpréter.
    Impossible pour le hip-hop ! Danse en pleine ébullition, fondamentalement liée à une culture au-delà de l’art, elle ne peut pas être figée dans un répertoire.

Bien sûr des « pièces » estampillées hip-hop sont diffusées dans les théâtres et les festivals culturels. Mais ce « répertoire », seul connu car seul visible des pouvoirs publics et le grand public, n’est pas le hip-hop. Il est le résultat de la fusion entre contemporain et hip-hop, des mouvements hip-hop sur une écriture contemporaine. 90% des pièces proposées au grand public sont Contemporain- hip hop et présentées comme Hip Hop… Car souvent les chorégraphes « institutionnalisés » ont une formation contemporaine, ou répondent à un système dirigé par le contemporain dans lequel le mouvement hip-hop ne se reconnait pas.

Nous ne jugeons pas de la qualité de ce répertoire, mais nous affirmons qu’il n’est pas le hip-hop !
Former des danseurs sur cette courte liste de références, ce serait les priver de toute la richesse de cet art.

-Stop à la récupération, une fois de plus !-
L’annonce du DNSPD hip-hop s’est faite lors d’une visite de notre premier ministre aux Mureaux. Une fois encore, la culture hip-hop est instrumentalisée par les politiques sociales, pour des motifs électoralistes et démagogiques. Monsieur le 1er Ministre, voulez-vous dire que ce DNSPD donnerait un avenir aux jeunes de banlieues ? Qu’il baisserait le taux de chômage dramatique en France et en particulier dans « les quartiers » ?!!! Pensons plutôt aux dispositifs de création, de diffusion, d’emploi avant de proposer des formations longues, couteuses et sans plus de débouchés !

EN CONCLUSION. Ce diplôme est un danger pour les générations futures de danseurs et de chorégraphes, une menace pour notre culture, et une réponse inadaptée qui ne solutionne en rien les attentes et besoins du mouvement.


PRENONS POSITION, NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE DNSP… 
NOUS SOMMES LE DIPLÔME !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils