La plume de la danse Hip-hop
Discovery

[ Discover ] « We Art Clothing » qui a une identité artistique. Une vraie.

SHARE

Sorry for my English people but I made the interview in French.
Anyway, if you have to remember something about this brand, it’s the fact that it’s Hip-Hop.
So, as I love to say, #BUFAS (= Be UseFul And Share)

Alors voilà, voici une petite interview avec WeArt Clothin que vous pouvez retrouvez sur leur site ou leur page Facebook dès… maintenant !

Pourrais-tu te présenter (toi + associés s’il y en a) ?
Moi c’est Salihou KONTE, 27 ans fondateur de WE ART, actuellement étudiant en STAPS à L’université de Lyon 1.

Lewis HACHACHE,  21 ans, chargé de communication / réseaux sociaux
Lucien MONTCHERRY, 25 ans, création / design
Sammy KHELOUFI, 20 ans, évènementiel / promotion

Pourquoi avoir choisi ce nom « We Art » ?,
Un jeu de mot qui en dit long sur la marque (selon moi).
A la base je cherchais un nom vraiment représentatif de ce que je faisais, puis après des jours et des jours de recherche, j’ai fini par garder celui-ci qui était le plus simple, le plus court mais surtout le plus explicite de tous.

We Art = l’art c’est nous. We Are signifiant en Anglais « nous sommes ».

De quelle initiative/envie/objectif est née la marque et en quelle année ?
Le projet voit initialement le jour en 2010 et est finalement commercialiser en 2012 (Mai). L’objectif principal, faire passer des messages par le biais du support textile qui est selon nous un des meilleurs outils de communication. Mais l’idée était aussi de pouvoir collaborer avec différents acteurs de différentes cultures (sports extrêmes, danse, arts martiaux, etc..). Ce choix vient du fait que nous avons pratiqués où continuons à pratiquer dans ces diverses disciplines mais aussi du fait qu’elles sont nos sources d’inspiration principales.

Qu’est-ce qui fait votre originalité par rapport aux autres marques de streetwear ?
On fait ce qui nous plait et pas ce qui fait vendre !

Cela fait maintenant presque 1an  que nous avons investis dans du matériel de production, cela nous permet de pouvoir sortir les idées que nous avons rapidement, sans avoir à nous soucier des quantités minimales imposés par les sous-traitants dans ce secteur.

Depuis quelques récentes années, de nombreuses petites marques voient le jour. Dans le milieu du Hip-Hop, de plus en plus de marques se créent à l’initiative de danseurs : en êtes-vous vous-même ? Que pensez-vous de ces autres « marques » ?
Nous sommes nous-mêmes danseurs, membre d’Imperial Rockers. Ce constat nous l’avons fait au moment du lancement du projet sur le marché, et c’est un peu ce qui nous a fait peur « arriverons-nous à nous différencier ? ».

Beaucoup de marques dans le milieu, comme il s’agit d’un milieu où les vêtements, l’apparence occupe une place importante, l’offre n’est pas encore à la hauteur de la demande, d’où le fait de l’apparition chaque année de plusieurs nouvelles marques.
Souvent ce sont des marques qui ne sont axés que sur ce milieu et pour certaines sont là selon nous uniquement par l’appât du gain.

Quels sont vos projets actuels ?
Actuellement nous travaillons sur de nouvelles matières avec un couturier sénégalais (oncle de Salihou), afin de pouvoir proposer à nos clients des articles plus orignaux.

Nous sommes aussi en pleine acquisition de nouvelles machines de production (machines à coudre, imprimante, etc…).
A venir on l’espère bientôt une série de vêtement dont les fonds seront destinés aux plus démunis, chose qui nous tiens beaucoup à cœur chez WE ART.
Et bien d’autres projets encore notamment au Sénégal, mais ça c’est une autre histoire…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils