La plume de la danse Hip-hop
Events

[ EVENT ] “Retour sur le Young Battle 2015” | #STRITER

SHARE

Je dois vous avouer quelque chose. Chaque année, une semaine avant le YOUNG BATTLE, j’achète quelque chose de nouveau : un nouveau vêtement, de nouvelles chaussures, n’importe quoi qui se porte. Et vous savez pourquoi ? Il n’y a aucune raison.

Mais d’une certaine manière, cet achat me fait réaliser à quel point un unique jour peut être important, alors chaque année, je le fais. A la dernière édition, c’était mes nouvelles Puma Disc. Cette année, c’était autre chose… (* réponse en fin d’article)

Quand mon crew Outsiderz (aka Street Flow) a gagné en 2014, non pas que j’ai considéré que ce soit grâce à mon achat mais je me suis ravie d’avoir fait cet achat et qu’il ait été rentabilisé d’une si belle victoire. Comme si ça prouvait que moi – aussi – je considère ce jour aussi important qu’il l’était pour eux.

Oui, important est le mot.

Important parce que tous les danseurs qui participent se sont durement entraînés pour ça.

Important parce que certains des danseurs font un battle pour la 1ère fois de leurs vies.

Important parce que parmi ces danseurs, il y en a qui gagneront (ou pas).

Et pour ces points-là, c’est vraiment important car il n’y a pas un tel événement en Europe qui laisse les mineurs montrer ce qu’ils sont réellement : déterminés et passionnés. Et ça, pas seulement aux danseurs mais aussi devant leurs familles. Des gens en somme qu’ils vont vouloir rendre fiers.

Ils ont beau être des « petits », l’enjeu reste grand.

Alors cette année, j’étais vraiment impatiente de venir. Tout d’abord, parce que je savais d’avance qu’il y avait quelques noms que j’aimerais (re)voir, mais aussi pour les surprises qu’il y a toujours.

C’est dans une salle complètement bondée que les présélections, qui semblaient avoir “le flow” comme mot d’ordre, ont commencées. Pendant le 3vs3, les groupes s’enchaînent et la symbiose autant que les bonnes vibes émanantes m’ont fait plaisir à voir. Les gens se sentent prêts, prennent l’espace et me font grandement sourire tant leur dynamisme est communicatif. Avec une belle pensée pour Silent School qui bossent vraiment bien. Côté 1vs1, j’attendais tout spécialement Taz, et Kid Sniper. Je l’avais déjà big up l’an dernier, mais je le refais pour Jovanny mais aussi pour Daouda et un autre petit poppeur qui m’ont fait kiffer.

A en jeter quelques furtifs coups d’oeil à la juge Antoinette, je vois qu’elle même est dépassée par ce qu’elle voit. Quand bien même, les quarts n’auront tout juste que commencer, elle en profitera d’ailleurs pour d’ores et déjà féliciter les participants en acclamant leurs “innocence” qui leurs “font faire des trucs” dont ils ne se “rende même pas compte”. Il fallait la prévenir qu’à Villiers, sur leurs ter-ters donc, les Yudat ne servent que des jeunes tout fraichement sortis du frigo.

Les premiers battles se passent. Je suis à fond mais quelque chose me dérange… Ces gens. Lorsque vous êtes en Armageddon, si vous êtes le crew que les deux autres ne calculent pas, c’est un problème ! Ne restez pas assis comme au cinéma, voyons. Vous m’avez à deux reprises offusqué, attention…

Bien que j’ai retenu le parcours d’Erine parvenue jusqu’en finale face au poppeur Italien (et que j’avais déjà vue au #BALB auprès des Sister Sister), c’est principalement les 3 vs 3 qui ont retenus mon attention. Venue tout spécialement pour soutenir Joris, Kid NY et Skyller, j’ai été plus réceptive à l’esprit de groupe. Je ne peux ainsi oublier de féliciter les Sarcellites qui ont prouvés encore aujourd’hui qu’ils étaient à bonne école, qu’ils savaient sortir au bon moment et surtout que l’union fait leur force.

Toutefois… Que serait ce battle sans ses speakers : le joyeux et irremplaçable Jimmy et la freshie Lydie LaPeste que j’ai pu rencontrer au Battle 3-en-1 en Janvier. En parlant de ce battle, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé les Two Dance Crew dans un show bien percutant.

Pour conclure : ce fut surement l’édition ayant accueilli le plus de niveau. Je ne peux noter, ou retenir tous vos noms mais sachez que chacun d’entre vous ont participé à ce que cet article soit positif et rédigé avec la joie, l’envie et l’empressement de vous revoir encore plus fort l’an prochain. Bravo à l’organisation qui a surement du faire un beau chiffre d’affaire. Merci aux 3 deejays 100% Yudat (Joke, Kantyn, Sam)qui ont mis de vrais sons: surtout lors de la fameuse session dancehall qui fait la joie de tous chaque année ; et ce, même si je trouve qu’il y a eu pas mal de pop à la finale 1vs1 Tout-Styles… 

PS. Merci Lumi pour l’ambiance dehors.

PSS. Mettez la buvette plus longtemps..

PSSS. Big up aux Ultime Kids qui ont juste, un charisme de fou malade.

* C’était une veste kaki.

WINNERS 

– 1vs1 : Luis (Family Little Curly)
– 3vs3 : Mini-Justiciers (Cuty Swag, Marius, Rubix)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils