La plume de la danse Hip-hop
Discovery

[ Events ] Don Quichotte du Trocadéro

SHARE

(English in grey)

Ce qui frappe tout d’abord lorsqu’on entre pour la première fois dans le théâtre Chaillot, c’est la grandeur et la volupté du lieu. Le mini-hall qui sert de salle d’attente a des allures d’entrée de musée. La sculpture grise souris de Jean Vilar par Valentine Schlegel et une fresque murale coloré faisant office de portiers. Une barrière vitrée nous sépare d’escaliers gigantesque menant, je le suppose, à la salle de théâtre. Je termine précipitamment ma gauffre au Nutella.
At first of all when we enter for the first time in the theater Chaillot, we can see the size and the sensual delight of the place. The mini-hall which serves as waiting room has looks of the entrance of museum. The sculpture tints in grey of Jean Vilar by Valentine Schlegel and a mural painting colored acting as doormen. A glazed barrier separates us from gigantic staircases leading, I suppose it, to the theater. I end hastily my waffle with Nutella.

Un lieu de si bonne augure, je me dois d’y faire bonne figure n’est-ce pas ?
A place of so good fortune-teller, I owe put up a good show there isn’t it?

Accueillie sur les coups de 19heures par Desty Wa, un des danseurs de la compagnie, nous allons ensemble vers la salle alors vide. Je profite de la sérénité du lieu pour poser quelques questions à ce danseur. Dans moins d’une heure, près de 1200 personnes investiront l’espace, il me faut faire vite.
Welcomed on the knocks of 7:00pm by Desty Wa, one of the dancers of the company, we go together towards the room then empty. I take advantage of the serenity of the place to ask some questions to this dancer. Within less than one hour, about 1200 persons will invest the space, it’s necessary to me to make fast.

Interview terminée et disponible en fin d’article, nous allons dans les loges. Je pensais y voir un remue-ménage d’acteurs stressés ou occupés. C’est avec surprise que je les découvre souriants et accueillants. Ils se préparent dans leurs loges. Patrice Thibaud, Sandra Mercky, Natacha Balet, Nathalie Fauquette, Lucie Dubois, Pookie, Abdallah, Seam Dancer, Jeremie, Desty Wa, Sharon Sultan, Blaise Kouakou, Lazaro et Bobo. Ils sont 14. Le compte est bon.
Interview ended and available at the end of article, we go to changing rooms. I thought of seeing a commotion of put under stress or busy actors there. It’s in astonishment that I discover them smiling and welcoming. They get ready in their changing rooms. Patrice Thibaud, Sandra Mercky, Natacha Balet, Nathalie Fauquette, Lucie Dubois, Pookie, Abdallah, Seam Dancer, Jeremie, Desty Wa, Sharon Sultan, Blaise Kouakou, Lazaro and Bobo. They’re 14. The account is good.

Une voix retentit: « A vous tous, on commence dans 20 minutes« . Ne souhaitant pas les déranger dans leurs rituels de pré-spectacle, je termine ma tournée de questions auprès de Jeremie, Lazaro et Abdallah en me dirigeant vers les coulisses.
A voice says: « To y’all, we begin in 20 minutes« . Not wishing disturb them in their rites of pre-show, I end my tour of questions with Jeremie, Lazaro and Abdallah by managing me towards wings.

20h37. Les lumières se tamisent pour finir par plonger la salle entière dans le noir.
Je n’ai aucune appréhension, bien que ce soit la première fois que je siège à un théâtre. Un Don Quichotte bien portant nous apparaît. Le comique de situation joue en sa faveur: cela ne fait même pas 3 minutes que la pièce à commencé que le public ne cesse de sourire. Et cela n’est pas du vent ! C’est d’ailleurs contre des moulins à vents que Don Quichotte prend, comme dans l’histoire initiale pour un géant, qu’il joue le chevalier robuste.
8:37 pm. The lights sieve the whole room into the black.
I have no apprehension, although it’s the first time I sit to a theater. Don Quixote in good health appears to us. The comedy of situation works in his favor: it doesn’t have been even 3 minutes since the play begun that the public can’t stop smiling. And it’s not because of the wind ! It’s moreover against windmills that Don Quixote takes, as in the initial story for a giant, that he plays the strong knight.

Une gracieuse entrée de Sandra Mercky l’interrompt. Attention Mesdames et Messieurs dans un instant, ça va commencer.
A graceful Sandra Mercky’s interrupts him. Warning Ladies and Gentlemen, that’s going to begin.

Tout. Depuis la musique jusqu’au décor est parfaitement réfléchi. De par les vidéos et le décor mouvant, la pièce se veut interactive. On assiste depuis nos moelleux siège rouge colibri à une mise en abîme particulière où Patrice Thibaud, orchestre les danseurs tels des notes de musiques qui formeraient à eux tous une très belle harmonie.
Everything. Since the music up to the set is perfectly reflected. Due to videos and unstable set, the play is interactive. We attend since our softness red sits to a particular putting in abyss where Patrice Thibaud, orchestrates the dancers such of the musical notes which would form to them all a very beautiful harmony.

A chaque partie son univers. Ponctué des applaudissements d’un public conquit, les danseurs s’investissent totalement. Notre Don Quichotte lui, poursuit son histoire. On ne comprends pas forcément ce qu’il a à faire avec les danseurs mais sa présence ne surprend pas. Elle ficelle avec humour des scènes captivantes où tour à tour se mêlent réalité et virtuel.
To each part its universe. Punctuated with the applauses of a public conquered, the dancers put a lot of them on stage. Our Don Quixote he, pursues his story. We don’t necessarily understand what he has to do with the dancers but his presence doesn’t surprise. It ties up funnily fascinating scenes where alternately reality and virtual get involved.

Mais prenons le temps de reparler de la pièce. Malgré l’apparence jeune des danseurs expliqué d’un « On est heureux de ce que l’on fait, on vit de notre passion » par le claquettiste; chacun d’entre eux exprime une maturité et un charisme évident. Que ce soit lors de l’alliage claquette/flamenco: un moment intense ou lors du passage fondant de Lazaro; tel un bon chocolat (et je ne pense pas à la barre chocolaté de Warenne qui fond à mes côtés), on y trouve tous son compte.
But let us take time to talk again of the play. In spite of the young appearance of the dancers explained of a « We are happy of what we make, we live on our passion » by the tap-dancer; each of them expresses a maturity and an obvious charisma. Whether it’s during the alloy tap-dancing/flamenco: an intense moment or during the tender passage of Lazaro; such a good chocolate (and I don’t think of the chocolate snack of Warenne with bottom by my side), we all like.

José Montalvo à travers ce « Don Quichotte du Trocadéro » nous fait littéralement voyager. Il nous prouve que l’on peut s’évader tout en restant à Paris. Il ne suffit que de trouver les bons éléments. Ici, ce sont les 14 acteurs/danseurs. Ils ont tous un art qui leur est propre et pourtant on ne cesse de revisiter et d’aller au-delà de ce qu’on attend d’eux. Une danseuse classique qui reprend un ressenti Krump. Une danseuse flamenco qui s’allie au chant de la danse africaine. Un résultat dépaysant.
José Montalvo through this « Don Quixote du Trocadéro » literally makes us travel. He proves us that we can escape while staying in Paris. It only needs to find the good elements. Here, this is the 14 actors/dancers. They have all their own art and nevertheless we don’t stop revisiting and going beyond for what we expect from them. A classic dancer who dance with the Krump felt. A flamenco dancer who becomes allied to the song of the African dance. An exotic result.

Le plus surprenant restant que l’aspect théâtrale persiste. On reconnaît la mise en scène avec l’amour de Don Quichotte pour une danseuse drapée de rose, la mise en abime où on assiste à ce qui semble être un entraînement artistiquement militaire. Un paradoxe qui fait sourire mes voisins de sièges.
The most surprising remainder that the theatrical aspect persist. We recognize the direction with Don Quixote’s love for a female dancer in pink, the putting abime where we attend of what seems to be an artistically and military training. A paradox which gives to smile my neighbors of seats.

22h05. Après moult révérences des danseurs, le public n’en finit pas d’applaudir. A ma droite, une femme lance avec vivacité « Bravo, bravo !« .
10:05 pm. After many reverences of the dancers, the public can stop applauding. In my right, a woman says vividly « Bravo, bravo !« .

Don Quichotte n’est pas une ré-adaptation. Ni même une pure ré-interprétation. Il convient de dire que c’est l’actualisation d’un ballet surprenant à travers la modernisation de celui-ci. L’acheminement de la pièce est tel que sans pour autant perdre le fil de l’original arrangement artistique proposé par le chorégraphe, il nous est possible de nous immerger pleinement et individuellement dans celle-ci tout en s’accordant le plaisir de sublimer ce que l’on voit.
Don Quixote is not a rehabilitation. Nor even a pure re-interpretation. It’s advisable to say that it’s the updating of a ballet being a surprise through the modernization of this one. The routing of the play is such as without losing the thread of the original artistic arrangement proposed by the choreographer, it’s possible to us to immerse completely and individually in this one while agreeing the pleasure to sublimate what we see.

Lecteurs, qui que vous soyez, vous le remarquerez, je n’ai pas le même regard, ni la même approche à l’égard de cette représentation. Côtoyer le milieu de la danse urbaine m’amène à avoir un regard plus sincère vis-à-vis des apparitions dansantes. Et je me dois d’avouer que j’ai été dument surprise. Je n’ai pas seulement vu un spectacle, j’ai re-découvert des styles de danses et j’ai découvert « la danse plurielle ». (Notez mon expression!) J’en ressors avec un regard nouveau et une réflexion plus poussé sur le métissage de la danse.
Readers, whoever you are, you will notice it, I have not the same look, nor the same approach towards this representation. To go alongside to the urban dance brings me to have a more sincere look towards the dance shows. And I owe admit that I was really surprised. I not only saw a show, I rediscovered styles of dances and I discovered « the plural dance ». (Note my expression!) I ‘ve now a new look and a reflection more intelligent on the interbreeding of the dance.

En attendant que vous puissiez, vous aussi, vous délectez de cette pièce (jusqu’au 8 février) allez vous aussi faire un tour du côté des coulisses:
Until you can, you too delight of this play (until February 8th) go watch what happen in backstages:

Plus/More:

Interview Warenne Adien

Interview Jeremie Champagne

Interview Lazaro Cuervo Costa

Interview Abdallah

Remerciements à Warenne pour son invitation, à Lazaro Cuervo Costa, Jeremie Champagne et Abdallah pour avoir répondu à mes questions.
Et Patrice Thibaud, est-ce que « ça, c’est petit pas » ?

Signé: Kiudee Davie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils