La plume de la danse Hip-hop
Urban WOAHT (Blog)

Le patriotisme dans le Hip-Hop, une schizophrénie « made in France » ?

SHARE

«Le patriotisme dans le Hip-Hop, une schizophrénie « made in France » ?» Voici votre sujet de composition. Vous avez 2 heures.

Trèves de plaisanteries. Je me suis connue plus fidèle et je vous sens déjà suer du cerveau.

Ce sujet rend fou mais ceux qui en sont les sujets le sont encore plus.

Je m’explique: tout est une question de psychologie.

A mon arrivée dans le milieu, mon esprit est frais mais doté d’une perception personnelle appuyée.

Très vite, j’ai le droit à un lavage de cerveau singulier mais de masse: «dans ce milieu, c’est chacun pour soi. Tu le comprendras très vite »

Mmh. D’accord. Super. Vive l’unité clamé par nos valeurs qui sont censées être si chères à nos coeurs.

« Non… mais tu vois… le Hip-Hop c’est plus comme avant » est devenue une raison valable pour excuser un sentiment individualiste commun à tous.

Comme quoi. Au-delà de nos divergences, nous avons des ressemblances.

Youhou. (C’est le moment de vous ravir, ce qui suit n’a de quoi faire sourire personne)

Ces vents contraires qui viennent et repartent sans cesse ça me rappelle mes souvenirs d’enfant en Bretagne. Je vous ai parlé de la Bretagne ? Non ? Pourtant c’est la même chose ici. Les vents sont tout aussi secouant.
Le 1er vent amène le syndrome A: on s’entre-tue par l’incessante critique ou l’ignorance hautaine des autres.
Le 2nd vent amène le syndrome B: on revendique l’excellence Française tel un patrimoine dont la chasse est gardé.

C’est une réaction paradoxale me direz-vous. Mais non. Cela relève de la schizophrénie !

Oui, oui mes ami(e)s: SCHI-ZO-PHRÉ-NIE ! Un danseur Français en France est généralement propice à penser selon le syndrome A. En effet, entouré de compatriotes tout aussi enfermés dans cette idée asservissante d’union inexistante, le danseur ne se rend pas compte de la gravité. MAIS. Ce même danseur franchi quelconque frontière et pouf ! le vent se lève et le syndrome B s’active.

Comme par magie, la solidarité envers son Alter naît.
Comme par magie, tout reproche à l’envers de danseurs de son pays sera blâmé.
Comme par magie, la sympathie se crée et l’hypocrisie de l’acte est tout juste voilée.

Mais. Où est donc passé celui qui méprisait les siens il y a de cela quelques kilomètres ?

Le Hip-Hop, culture sans frontière, souffre ainsi d’un fractionnement de l’esprit de ses acteurs.

Magique ? Je trouve plutôt cela maléfique finalement. Voire dangereux.

La schizophrénie « made in France » se caractérise sous différentes formes:
– la critique incessante des autres acteurs de cette culture en France
– l’éloge surprenante de ses compatriotes au-delà des frontières
– la sensation d’un patriotisme virulent lorsque l’un de nos compatriotes Français gagne à l’étranger
– propos insensé et confus lors de l’évocation du mot « union »

Si vous correspondez à au moins un de ces critères, merci d’aller dans la pharmacie la plus proche afin de vous procurer l’anti-biotique OPNSPRIT.
Si vous perdez la notice, la voici: « Peace, Love, Unity et Havin Fun » (ici en gris pour atténuer, l’impact de ces mots sur vos vies fragiles)

La schizophrénie peut être traitée par la prise de judo n°46 ou l’ouverture d’esprit.

La schizophrénie est un virus observable en France mais qui s’étend au reste du monde.

La schizophrénie est une maladie en expansion qu’il nous faut traiter dès aujourd’hui.

En étude de médecine -mes amis Littéraires sauront-, j’ai pu étudier que le patriotisme dans le Hip-Hop se rapporte à un attachement sentimental à sa culture se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir (Dictionnaire LaNoire). 

Initialement, le patriotisme est associé à la patrie. Et donc aux notions de Nation, gouvernement, peuple et tout ce qui s’en suit.
Plus très loin de ce qu’est devenu le Hip-Hop aujourd’hui.
A en lire les statuts, à en discuter avec les uns et les autres, je remarque incontestablement que les mots « politique », « hiérarchie » deviennent inhérents (fam. liés) à notre culture. Surtout en ce moment avec le D.E
Alors oui, j’utilise ce terme de patriotisme avec force et courage.

Si cela vous déplaît, allez chantez: « Nique le rap jeu c’est que du crari Le Hip-Hop est ma patrie ». (Hail Mary ci-dessous).

De mon côté, face à cette pression bipolaire, je réponds: « I’m sorry Ms. Jackson. I am for reeeeaaaaalllll.« 

Nous devons songer à tendre vers la réunification de chaque acteur de cette culture. Même ceux que vous considérez comme les plus insignifiants.
Nous nous entre-tuons alors que le combat. NOTRE combat est ailleurs.

Join the discussion

  1. yo

    Le danseur français est comme tous les français; satisfait de lui-même

  2. Kiudee Davie

    Certain. On le remarque très (voire trop ?) vite.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils