La plume de la danse Hip-hop
Hip-Hop Social

Le labyrinthe de la pensée dansante – Partie 3

SHARE

Cet article est un article de réflexion. C’est-à-dire qu’à travers ma vision (qui ne changera pas à l’issu de cet article et ce, malgré votre avis) je vous propose de réfléchir à un aspect de la danse que l’on explore jamais. J’entends dans cet article de ne viser personne, toute fois il est vrai que l’émergence de cette réflexion n’est pas venu de nulle part et c’est bien en analysant & observant des danseurs que j’ai pu en venir à me poser ces questions que je partage aujourd’hui avec vous.

UN TITRE ÉVOCATEUR

Ce titre («Le labyrinthe de la pensée dansante») c’est pour exprimer & vous proposer, à travers les nombreuses parties que je compte en faire, une vision introspective mais en même temps personnelle de la danse. Nous sommes Vendredi 19 Octobre et c’est toujours une vision PER-SON-NELLE.

Prenez cela comme une manière de rentrer dans ma tête à défaut de pouvoir lire mon «cahier magique». Aujourd’hui, 20h14, je vous propose de rentrer un peu plus encore dans un sujet que j’avais vastement abordé dans la partie 2, d’un:

«Peace, Love, Unity, and Havin Fun waaaaa mais ça déchire, la phrase elle a d’balle mais en réalité, c’est un mirage. J’en parlerai plus longuement dans la troisième partie mais le Hip-Hop C’EST UN MIRAGE. Avant d’y être, t’es chaud bouillant; mais ensuite, si tu comprends pas vite les « rouages du game », c’est comme dans un désert: t’es là, tu cours après une illusion et quand tu penses être arrivé, y’a plus  !

C’est plus « A la recherche du bonheur », mais « A la recherche du Hip-Hop »» [Extrait « Le labyrinthe de la pensée dansante – Partie 2« ]

MAIS POURQUOI ELLE DIT ÇA, ELLE ?

Elle, c’est moi. Davie. Kiudee Davie. Je suis blogu.. ah ! vous vous en fichez ? Oui c’est vrai bon revenons à nos moutons, je disais:

Dieu que c’est beau d’entendre que les valeurs du Hip-Hop sont PLUH (abréviation Kiudienne signifiant « Peace, Love, Unity and Havin fun »). Du 60’s dans une culture née dans les 80’s: J’A-DORE. C’est presque idéaliste comme vision n’est-ce pas ? A l’époque cela était futuriste de penser que cela perdurerait. Désormais on se demande si cela n’a ne serait-ce qu’exister.

Et bah oui, parce qu’attendez mais -et cette situation parle à beaucoup j’en suis certaine- on est dans les années 2000. Je n’ai pas fait parti de ces gens bernés par les émissions télés, les films « de danse » et toutes sortes de médias soit-disant pour « créer et promotionner les cultures urbaines en tant que cultures de l’avenir ». Je t’en donnerai de la culture pour l’avenir, si on me laissait parler/écrire librement. J’en parlerai dans une prochaine partie mais je tiens à retranscrire ce que d’autres vivent ou ont vécu.

Tu es hors-game et voilà ce que tu crois: le Hip-Hop c’est une culture de la « street« , pour les gangstas et les mecs « taah la téci« . [ Ici on peut se demander Où sont les femmes ? mais Patrick Juvet s’est déjà posé la question en 1977]. Si t’as la télé chez toi, tu penses que le Hip-Hop c’est Les Twins ou Hey Crew. Tu l’as lu sur Wikipédia, le Hip-Hop est « une culture pacifiste, prônant la pluriracialité, en dépit de la mauvaise image que les profanes en ont véhiculée par certains groupes de rap ». Si t’es un peu instruit, tu sais aussi qu’il y a plusieurs branches (MCing, DJing, Graff, Break, Beatboxing) et qu’il y a des valeurs « Peace, Love, Unity and Havin Fun » qui te font de suite penser que tu peux « être sain dans un esprit sain » tout en gagnant des thune en chantant, touchant un vynil ou en tournoyant sur la tête. En bref une idée très réductrice du Hip-Hop qui me rappelle:

 « Il est abonné aux chaînes Youtube des meilleurs danseurs et des meilleurs évènements. Il s’entraîne aussi souvent que possible, ne connaît pas son niveau et fait des vidéos mensuelles (ou pas d’ailleurs) qu’il postera à son tour sur Youtube. Il espère ainsi se faire repérer -enfin je crois, sinon pourquoi ?-. Tous ses amis lui dise qu’il danse « super bien » alors il a confiance en l’avenir radieux que ces compliments lui promette. Ce qu’il voudrait c’est avoir le niveau d’Untel car « non mais il danse trop bien, il est super connu, il fait le tour du monde et il danse dans les clips quoi !!!« . Mmh j’aurai préféré qu’on me réponde « Il est talentueux, passionné. Il vit de sa passion et c’est ce que je voudrais faire aussi » mais ce n’est pas grave. » [Extrait « Blanche-Neige et les 7 nains (remake Hip-hop)]

Bah oui, à faire vos stars qui voyagent partout dans le monde, passent à la télé, ont des fans hystériques qui se tatouent vos visages sur leurs épaules (je vous conseille de voir la photo du mec qui s’est tatoué Diablo sur l’épaule, c’est.. à voir!) mais ne peuvent pas payer 5 euros d’entrée de battles bah.. bizarrement, bien que vous le méritiez pour certains, vous vendez du rêve !

COMMENT  JE DIFFÉRENCIE L’IDÉEL DE L’IDÉAL HIP-HOP ?

Préparez vos verres de jus les enfants, je vais vous sortir des définitions Hip-Hopiser de ces mots compliqués.

L’idéel, c’est l’idée conceptuelle selon laquelle le Hip-Hop serait propre à ses valeurs. Etre dans l’idéel, c’est avoir une vision utopiste du Hip-Hop. Ce qui est dommage c’est justement d’en arriver au point où le Hip-Hop est tellement loin de ses valeurs, que ne serait-ce qu’imaginer qu’elle le soit est considérer comme utopiste. (Vous me suivez encore ou il vous faut boire une gorgée ?)

« A qui la faute ? » et je me demande bien. Devenons-nous, comme on aime si bien le faire, la rejeter sur les anciens que l’on dit si absent ? Ces mêmes anciens que l’ont dit être les premiers à ne pas prôner les valeurs de partage et de respect. Ou alors à cette mid-generation que j’attaquais avec gentillesse dans ma partie 2 ? Cette même « mid-generation » qui évolue tant bien que mal dans une sphère médiatique difficilement compatible avec le Hip-Hop (mais très aisément avec le porte-monnaie)

L’idéal serait que le Hip-Hop soit, après être passé de l’état de mouvement, de culture puis à l’état de véritable société, une société unie (face à l’adversité comme on dit). Je ne suis pas Indochine, je ne vous demande pas la lune mais c’est -et je parlerai là avec mon coeur -tout simplement con de savoir qu’il y ai des centaines de personne qui se disent Hip-Hop mais très peu pour agir en tant que tel.

(N.B: Etre Hip-Hop ne signifie pas être LE Hip-Hop. Après JDCJDR.)

CONCLUSION

Vivez votre vie Hip-Hop comme vous l’entendez mais n’oubliez pas que nous sommes le reflet de cette culture. Que ses piliers, ses fans, ses passionnés comptent sur nous tous pour la valoriser et la faire évoluer au plus haut. Vous pourrez me baratinez de « C’est différent maintenant », « Les intérêts ne sont plus les mêmes », etc… mais je vous déteste de penser des choses comme ça car c’est une culture où l’intérêt personnel est censé passé après. J’ai beau être rétro dans mon esprit, je reste actuelle: je connais les moeurs, et ce qui nous entoure. Cela n’empêche qu’une action -même personnelle- peut aider à l’ensemble de notre culture.

Vendre du rêve aux gens, c’est bien. Mais faites-le jusqu’au bout. Parce que la réalité peut être bien brutale. Je veux bien faire la voix SNCF « Faites attention à la marche en descendant » mais il ne s’agit ici même plus d’une marche mais d’un fossé !

Bien entendu, tout le monde ne pourra pas être des « superstars » du Hip-Hop ou du moins des danseurs professionnels mais cela n’empêche que permettre aux gens d’essayer d’évoluer et participer au milieu Hip-Hop de MANIÈRE Hip-Hop n’est pas à rejeter. A vous de commencer la marche. Il y a des générations de futurs acteurs de notre culture qui attendent juste là derrière nous,  dans le public, dans vos poussettes & je sais qu’on aimerait tous qu’ils puissent avoir la certitude que le Hip-Hop est vraiment ce qu’on en dit, que le Hip-Hop rend vraiment meilleur. Parce que personnellement, c’est ce que le Hip-Hop a fait pour moi.

KRS-One disait « Hip is the knowledge, Hop is the movement » alors montrons-nous qu’avec Hip on peut agir pour le Hop.

Les amis, vous avez été studieux. Vous méritez, après cette douce lecture, un autre verre de jus. Vous êtes donc autorisés à vous diriger lentement et sans faire de gestes brusques vers le réfrigérateur & revenir poursuivre, si l’envie vous vient, d’autres lectures sur mon blog.

==> Bientôt la partie 4. En attendant voici la partie 1 et la partie 2 toujours disponible et d’actualité.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils