La plume de la danse Hip-hop
Events

[REPORT] Let’s be the strillest! (FR/EN) | STRITER

SHARE

FRANçaisIMG_9573

Quel week-end! Bien que fidèle à cet évènement, je crois bien que c’est la première année où je le vis aussi intensément et ce n’était pas n’importe quelle année. En effet, 2017 marquait les 5 ans de ce qui est devenu l’une des plus grosse rencontre internationale de krump au monde: l’International Illest Battle.

Trois ans que j’y viens et chaque année m’apporte son lot de surprises autant que de nouveautés. J’en ressors toujours avec une nouvelle vision du krump, laissez-moi vous dire quelques mots sur mon week-end !

VENDREDI 21 AVRIL. Jour des sessions.

Croisées quelques jours plus tôt, c’est dans l’une des salles de La Place que j’ai retrouvé les Gully Fusion ce Vendredi après-midi. Groupe de krump féminin, elles y organisent une session 100% girly où toutes celles qui n’osent se montrer habituellement se dévoilent dans des cyphers en petit comité. Une vibe nouvelle qui m’offre même le merveilleux spectacle de voir deux futures mamans krumper comme si la grossesse n’avait aucun effet sur elles.

Larme à l’oeil, on se dirige ensemble vers l’Heavyweight Session. Orchestré par FCD Krump à l’occasion de l’IIB 2017, la line up des battles n’y aura jamais été aussi belle.

Crush vs Uglyfate .. Bloody vs Zepek .. Twin Seush vs Twin Knuck .. Boi Mijo vs J NY ..

Aucun battles n’est à jeter. Surtout pas ceux où j’ai pu assister aux passages d’Uglyfate et Twin Seush (qui est venu se placer, ce week-end, dans mon top 2 de mes krumpeurs favoris – je vous laisse deviner sans grande surprise qui est le premier). Je ne taris plus d’éloges tant sa danse me parle. Plus tard dans la soirée, on finit avec les qualifications pour le concept Get Off et bien qu’il est perdu, j’ai cette envie de vous parler de Bloody. L’année dernière, on m’avait fortement recommandé de le suivre par un « Quoi!? Tu le connais pas !? ». Chose faite depuis lors, j’aime à big up ceux qui le mérite : j’aurais voulu le voir on stage, mais c’est Zepek qui a su faire la différence en se qualifiant pour le concept qu’il a finalement gagné face à Jay Tiger ce Dimanche au WIP de la Villette. Du coup, parlons de…

SAMEDI 22 AVRIL. Jour des qualifications.

C’était bizarre. Bizarrement calme. Aucune explications à ça, mais moi qui diffusait les présélections en live : même mes followers se plaignaient du presque-silence régnant dans la salle. Un public éteint pour des sélections moins prenante que les années précédentes. Personne n’a particulièrement fait la différence. J’ai noté l’absence très remarquée des fams allemandes, belges, japonaises. 2016 a été si éclectique au niveau des qualifiés que je me suis retrouvée quelques peu penaude avec près de 4-5 danseurs par pays européens (#EuropeansBeLike). Heureusement, les sélections kids ont su animer ma journée tant je reste -perpétuellement- envoutée par leur maturité grandissante et apparente. Un gros big up aux bigs tels que Naab & Tchozn qui travaillent dans l’ombre mais avec une très grande efficacité dont leurs lil homies en sont le reflet.

18055704_804827409681719_4943086871291074374_o

DIMANCHE 23 AVRIL. Jour des finales.

Toujours la même chose. Depuis quelques mois, j’expérimente le même schéma dans tous les gros évènements : soit les qualifications sont on point et les battles ne sont pas à la hauteur. Soit le contraire. Ce Dimanche aura été aussi surprenant que les résultats au premier tour (fallait bien que j’en parle!).

Bien que je continue de regretter l’absence de certaines fams, je me ravie d’en voir de nouvelles. Parmi les révélations de cette année, le Illest Battle aura accueilli de nouveaux venus comme les brésiliens et les sud-africains dont Rappid. Lors de son battle contre Ugly fate, il a mit tellement de coeur dans son passage que cela reste pour moi l’un des grands moments de cette journée. Un début de journée qui commence avec un Jamsy qui soulève la salle et que je suis heureuse de voir évoluer ainsi, un Monsta Grichka (ex- Jr Gust) en pleine forme et qui continue de m’étonner, No Script aussi puissant qu’on a l’habitude de le voir… Enfin, vous avez compris. Tout est bon. Tout va bien.

Côté meufs, Queen Buckhype et Gurls Madskillz continue d’être le coup de coeur de mes spectateurs en direct (et les miennes aussi, par ailleurs). Côté kids, ce sont les petites filles qui ont menés la danse cette édition. Young Puncher qui m’avait plutôt plu aux présélections était un peu en-dessous lors du battle : j’aurais même préféré y voir Prince Diamond.

Et le 7 to Kill Off ? Poignant. Tellement le niveau était élevé, les noms ne cessaient de s’enchaîner. Au point que j’ai fini par désespérer qu’on ait une victoire nette. Un quota de points très serré entre Lil Kellias qui a été magique et Kid NY qui, pour ce dernier, a remporté le titre pour la troisième fois avec 6 points à 5. Une victoire qui a calé mon humeur joviale toute la journée durant.

Mais que serait le Illest Battle sans les concepts ? Petit retour sur ceux-ci.

• TEAM BATTLE : Le Japon. Que le Japon. Bien que ce soit des Russes qui aient gagné, je ne peux penser à une autre équipe que le Japon. Plus prêts qu’eux, je ne connais pas. Les Gully Fusion avaient de belles idées mais quelques lacunes en groupe. La Seush Fam était roots comme on l’aime mais pas assez de « tagteam ». Les brésiliens étaient bien déterminés mais pas brillant.

• GET OFF : Génial. Jay Tiger vs Zepek. Magnifique battle. Le reste ne comptait pas.

Côté hat trixx, on a eu des moves incroyable mais dans l’ensemble, je reste peu porté par cette catégorie que j’ai du mal à juger, du coup je m’abstiens. Mais je reste très déçue que Morf n’est pas gagné dans la catégorie beatmaker.

18121736_804831356347991_7302911765941552698_o

ALORS QUOI, QUE DIRE DE CETTE ÉDITION DU IIB 2017 ?

Les années passent et ne se ressemblent pas. Encore une citation, me direz-vous mais elle se prête plutôt bien à mon ressenti. Contrairement à d’autres évènements, l’International Illest Battle n’est jamais le même d’une année à une autre. Une courbe d’évolution qui reflète beaucoup la communauté krump à l’heure actuelle.

Pour les 5 ans de cette évènement, le constat est mitigé mais principalement positif.

L’Europe (hors-France) n’a pas été grandement dans les rangs, mais pour le coup, l’évènement s’axe de plus en plus à l’international. Surement grâce à la tournée de qualifications qui se fait en amont. Dans l’évènement, cette diversité des cultures krump a rappelé comme l’esprit « root » était le coeur du krump. Une base apparemment oublié de beaucoup au profit de la fame. Madrootz a mit, en 2017 plus qu’auparavant, plus le coeur à faire un battle dont ils sont fiers et qui représentent ce qu’ils aiment.

M’ayant laissé l’opportunité d’être réellement impliquée dans l’évènement cette année, j’ai été aux premières loges tout ce week-end et cela a confirmé mon amour pour cette danse et ses danseurs. Ravie d’avoir vue dans le public comme dans les sélections des personnes d’autres horizons : Goku (electro), Marion (contemporain) et beaucoup de danseurs hip-hop qui osent se déplacer pour s’empreigner de l’énergie krump qui a beaucoup a apporté à ces danseurs.

Je suis contente de pouvoir évoluer et grandir en étant entourée de cette communauté. Ce rassemblement me permet aussi de revoir ceux qui ont contribué à ce que je m’intéresse au krump dont Jigsaw. Alors, je terminerais encore une fois en disant: merci.


cropped-header-striter.png

Tous les contenus officiels seront sur la page International Illest Battle.


FRANçais-2

What a week-end!

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils